Le Passage du train

Vincent De Grandi | Non daté
Huile sur toile | 98.5 x 64 cm
Période 1929-1939 : Élans juvéniles
Imaginaire | Paysage
Inventaire VDG-13 | Collection privée
Photo L’Atelier De Grandi

 

Caractéristiques artistiques

Sujet:

Tête alégorique et voyage au bout de l’horizon

Une tête au profile antique, à la chevelure parsemée de rochers et d’architectures géométriques surmontés d’une harpe, flotte dans le bleu intense de contrées supra-atmosphériques, au-dessus d’une plaine stylisée où, le long d’une route immaculée, un train est lancé à grande vitesse vers un horizon lumineux.
Cette œuvre dystopique fait place à l’urgence d’un désir de beauté et d’humanité ainsi qu’à une évidente inquiétude face à l’intrusion [et la fuite en avant] d’un monde toujours plus moderne.
George Field: catalogue de l’exposition p. 65.

Composition:

Immobilisme et mouvement

La figure dominante flotte au milieu de la composition, sans attache avec le paysage au-dessous, imposant son caractère symbolique et atemporel.
La perspective quasi abstraite occupant tout le paysage (du premier plan à l’horizon), dans laquelle s’inscrit étroitement l’image simplifiée du train dont la fumée évoque une grande vitesse, crée une très forte sensation d’ouverture et de mouvement vers le point de fuite décentré.
Vincent maintient la composition en équilibre face à l’énorme profile flottant, par la force de cette perspective épurée, bien qu’elle n’occupe qu’une petite zone au bas du tableau.

Technique:

Huile sur toile

Vincent utilise ici sa technique de prédilection, la peinture à l’huile sur toile préparée au gesso (le fond qu’il préparait d’ailleurs lui-même à base d’un mélange de carbonate de calcium et de polymère acrylique dans un médium de latex, avec  du blanc de titane). Ici, l’huile sur toile lui permet non seulement de traiter en plusieurs séances une surface relativement importante (98.5 x 64 cm), mais surtout de créer les transparences lumineuses nécessaires au dégradés de ce ciel immense, dont la luminosité s’intensifie à l’horizon.

Palette:

Palette 10 couleurs Le passage du train
Dominante : 10588010

Le choix de couleurs nettement méditerranéennes renforce ici l’insatiable nostalgie de Vincent pour la lumière d’Italie.

Contexte

Période:

1929-1939 : Élans juvéniles

La main sûre et la vie devant soi ouvrent toutes les perspectives vivifiées par l’avènement de courants artistiques novateurs. C’est le temps de la liberté et de l’audace. Portraits en pied, allégories teintées de symbolisme et de futurisme, dans une sorte de mystique de l’immanence.

Artistes en relation:

De Chiricco | Magritte?

De Chiricco pour la palette de couleurs, la profondeur du ciel et l’éclairage directionnel dans le haut du tableau, ainsi que la coexistence d’une source lumineuse diffuse à l’horizon, dans le bas du tableau.
Magritte pour l’allégorie flottante? Pas vraiment, puisque la plupart de ses objets flottants aient été peints dans les années 50, bien après cette œuvre de Vincent.

Partagez cette page

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image

Cliquer/Toucher pour agrandir

Cliquer/Toucher pour agrandir

Le Passage du train