Le Pianiste

Italo De Grandi | Non daté
Gouache sur papier | 30 x 47.5 cm
Période 1929-1939 : Élans juvéniles
Imaginaire | Paysage avec architectures | Personnages
Inventaire IDG-662 | Collection privée
Photo L’Atelier De Grandi

 

Caractéristiques artistiques

Sujet:

Nu endormi sur une plage où un pianiste joue au pied d’une architecture moderniste

Peut-être un songe à deux faces ? D’un côté la jeune femme au premier plan imagine sa vie renouvelée par cette maison moderne dernier cri, bercée au piano par l’homme de sa vie. De l’autre le pianiste en arrière-plan berce sa dulcinée alanguie sur la plage déserte, ouverte à tous vents.

Composition:

Juxtapposition

Italo juxtapose deux personnages, l’un au premier plan, l’autre en arrière-plan, et les réunis par la surface de la plage et l’horizon marin. Mais cette union est dystopique, puisque les deux perspectives ne partagent pas le même point de fuite: c’est ce léger malaise optique qui confère à la scène  son caractère onirique.

Technique:

Gouache sur papier

Dans cette œuvre de jeunesse, Italo, fort de son métier de Chromo-lithographe, rompu à la gravure sur pierre des couleurs une par une et à leurs effets de superposition successive, choisit précisément la gouache pour ses propriétés couvrantes, qui lui permettent d’établir une atmosphère cristalline, sans flous ni transparences.

Palette:

Palette 10 couleurs Le Pianiste
Dominante : 8877150

Le franc contraste entre les couleurs terriennes et les tons aériens renforce l’ambiance non-réaliste de la scène. La touche en hachures et aplats distincts, adjacents ou superposés accentue encore ce contraste, à la manière d’un Staccato en musique.

Lumière:

Globale

Une lumière globale est un éclairage quasi multidirectionnel, presque sans ombres. Dans cette scène, à part le pianiste, tout est visible au grand jour. Son aspect onirique ne réside pas dans les zones d’ombre ni le flou des formes : il émane de cette lumière insistante aussi globale qu’englobante, rendue encore plus présente par la blancheur immaculée de la construction abritant le pianiste.

Contexte

Période:

1929-1939 : Élans juvéniles

La main sûre et la vie devant soi ouvrent toutes les perspectives vivifiées par l’avènement de courants artistiques novateurs. C’est le temps de la liberté et de l’audace. Portraits en pied, allégories teintées de symbolisme et de futurisme, mettant en scène des personnages réfléchis, voire extatiques, célébrant la nature cultivée, l’amitié et la famille, dans une sorte de mystique de l’immanence.

Artistes en relation:

De Chiricco

Ce bain de lumière intemporelle et la juxtaposition de perspectives différentes rappellent les éclairages irréels et les les audaces architecturales des peintures de De Chiricco (Mystère et mélancholie d’une rue, 1914).

Partagez cette page

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image

Cliquer/Toucher pour agrandir

Cliquer/Toucher pour agrandir

Le Pianiste