Autportrait au pinceau

Wilhelm Gimmi | 1939-1950
Huile sur toile | 53 x 54.5 cm
Période parisienne (1908-1940) repris à Chexbres vers 1950
Portrait
Inventaire 19_GIM-048 | Fondation Wilhelm Gimmi
Photo : Julien Gremaud, Vevey

 

Caractéristiques artistiques

Sujet:

Autoportrait comme peintre à l’oeuvre

Wilhelm Gimmi se représente ici bien comme peintre poursuivant résolument sa vie de peintre : la droiture de sa posture en angle droit avec sa tenue du pinceau est sans équivoque, tout en intégrant un regard contemplatif signifiant humblement la profondeur de son oeuvre.

Composition:

Plan américain | Axe horizontal

En buste, avec l’axe horizontal du pinceau placé tout en bas de l’ensemble, magnifiant ainsi la masse du personnage. La pose de trois quart est classique, contrairement à la neutralité, la quasi absence du fond, accentuant la volonté d’indépendance du peintre.

Technique:

Huile sur toile

Mais l’exécution chez Gimmi ne souffre point d’hésitation, ni de tâtonnement. Elle est preste, alerte, vivante. Sa main peint vite, avec une sorte de candeur (émanation d’une âme naïve et croyante), avec une sorte de poétique fraîcheur.
Nesto Jacometti, Calalogue de l’exposition p. 84

Palette:

Dominante : 11307369

Gamme limitée à un choix de gris-bleus (à l’exception des tons chauds du visage) : bien soutenus sur le personnage et en neutre déclinaison dans le fond, lumière quasi immanente imposant le caractère atemporel de l’œuvre du peintre.

Contexte

Période:

Période parisienne (1908-1940) repris à Chexbres vers 1950

On pourrait citer un certain nombre de thèmes repris périodiquement ou à des époques différentes. Sans compter les nus et les compositions aux baigneuses qui reviennent constamment sur le chevalet, on peut évoquer les figures en costumes espagnols que l’on revoit à vingt ans de distance. Le Zinc (1944 – 1955), Nana (1948), Café à Paris (1953 – 1957), Le Pont Marie (1948), La Lavandière au Quai d’Anjou (1957 – 1958) qui, tous peints à Chexbres, étaient des sujets déjà traités à Paris – sans compter les autoportraits qui de 1919 à 1960 jalonnent toute une carrière dont ils sont en quelque sorte les points de repères. Wilhelm Gimmi a exécuté à Chexbres près de cinq cents peintures à l’huile.
Georges Peillex, Catalogue de l’exposition p. 29

Courant artistique:

Synthèse personnelle

Gimmi ne s’est rien laissé apprendre. Il a pris tout seul ce qu’il a voulu. Son choix est allé directement vers les maîtres élus par son cœur.
Nesto Jacometti, Catalogue de l’exposition p. 81

Partagez cette page

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image

Cliquer/Toucher pour agrandir

Cliquer/Toucher pour agrandir

Autportrait au pinceau

W. Gimmi : Autoportrait au pinceau